Combien coûte un site Internet ?

C’est la première question qui est posée par les clients à l’agence web. Hélas, il n’existe pas de réponses toutes faites car chaque projet est unique.

Les estimations sont basées sur le temps nécessaire à la réalisation du projet. Le temps est déterminé par le cahier des charges et des spécifications techniques.

Soit : (temps nécessaire X taux horaire) = montant du devis.

Dans cet article, nous vous expliquons la différence entre faire une dépense et faire un investissement lorsqu’il s’agit de faire réaliser votre site Internet.

Qu’est-ce qu’un cahier des charges ?

Le cahier des charges est l’expression du besoin du client : Type de site Internet (vitrine ou marchand), nombre de pages (ou fiches produits), formulaires, librairie vidéos, bibliothèque de documents à télécharger, espace client (inscription sur le site), passerelles de paiement en ligne, méthodes de livraison (transporteurs etc)…

Qu’est-ce que le cahier des spécifications techniques ?

Le cahier des spécifications techniques est la traduction du cahier des charges en language technique (le fonctionnement, le language informatique utilisé, les versions…).

Exemple : Dans le cahier des charges, le client mentionne que le site doit avoir une version française et anglaise. En language technique ça se traduit par : « le site sera développé en langue française sous WordPress […] la traduction en anglais sera assurée par l’extension multilingue WPML dont le Prestataire assurera son implémentation et sa configuration […]

Attention aux « packs » création de site

Il est fréquent de voir des agences proposer des « packs » : Pack site vitrine à xxx€ ou Pack site e-commerce à xxx€. Ce sont des offres sans cahier des charges ni cahiers des spécifications techniques et qui ne sont qu’un appât en vue de vous vendre des services additionnels ultérieurement.

Chaque besoin client étant différent, il est impossible d’en faire des « packs ». Soit vous paierez plus que nécessaire par rapport à votre besoin réel, soit pas assez et vous risquez de vous retrouver avec une coquille vide. C’est à dire que le développeur n’en fera pas plus que ce qu’il vous a facturé bien que votre projet nécessite le triple de temps.

Exemple d’appât : On vous vend un pack site vitrine 800€. Au bout d’un certain temps, vous vous rendez compte que personne ne vous trouve sur Internet, même en tapant le nom de votre enseigne. Vous contactez le développeur qui a créé votre site pour lui signaler le problème, et à ce moment il vous répond : « Ah justement ! J’allais vous appeler pour vous parler de nos packs référencement / packs visibilité à 250€ / mois, vous vous doutez bien que pour 800€, le site n’est pas optimisé pour un référencement naturel… » et c’est là que le piège se referme.

Vous venez de comprendre que vous vous êtes faits roulés. Or vous avez déjà déboursé 800€ pour une coquille vide et pour ne pas perdre cette somme, vous êtes prêts à signer un pack visibilité pour être trouvé sur la toile… La pire chose que vous puissiez faire ! Car au final, vous avez déjà versé 800€ et au bout de 12 mois, vous êtes déjà à 3800€ de coût ! ((250€ x 12) + 800) = 3800. Le pire c’est que si vous arrêtez la souscription au pack visibilité, on ne vous trouvera de nouveau plus…

Pourquoi ne vous trouvera-t-on plus sur internet ?

Les sommes que vous versez pour un « pack visibilité » ne sont pas investies par le prestataire peu scrupuleux dans l’optimisation du code source de votre site en vue d’un référencement naturel.

Ces sommes sont investies dans des campagnes publicitaires de type Google Ads (ex AdWords). Pourquoi ? Premièrement, tant que vous payez, le prestataire gagne de l’argent. Ensuite, c’est surtout que les sommes qu’il engage pour faire de la publicité lui permettent d’atteindre des objectifs auprès de la plateforme, afin de débloquer un « badge » qu’il peut ensuite utiliser dans de l’auto-promotion :

Extrait de la FAQ Google Ads :

Nous sélectionnons les entreprises obtenant le badge Premier Google Partner en fonction d’un certain nombre de facteurs y compris, mais sans s’y limiter : dépenses publicitaires annuelles sur l’ensemble des comptes gérés, croissance du nombre de clients, fidélisation de la clientèle et autres informations. L’évaluation se fait sur une base annuelle, et le statut peut ne pas être disponible sur tous les marchés.

Plus le temps passe, plus vous aurez des remords à envoyer balader ces escrocs car il vous en aura coûté des sommes faramineuses.

Qu’est ce que l’optimisation du code source ?

Le code source est le language de programmation utilisé afin que votre navigateur affiche le contenu d’une page web dans un format « humainement compréhensible » :

Exemple de code source et de sa traduction dans le navigateur

Dans l’exemple ci-dessus, la phrase « Oil and gas upstream » est un élément important. Afin d’en informer les moteurs de recherche (qui ne lisent que le code source d’une page web), nous utilisons la balise HTML titre 3 :

<h3> [...] </h3>

C’est un exemple d’optimisation de code source en vue d’un référencement naturel.

Exemple de la même phrase non optimisée :

<p style="font-size:24px; font-weight:bold">Oil and gas upstream</p>

L’affichage dans le navigateur produira le même effet pour le visiteur, mais n’enverra pas le même signal aux moteurs de recherche qui interpréteront la phrase comme « banale » noyée dans la page.

Autre exemple d’optimisation (le nom des pages) :

Nom de page optimisé : mon-super-site.fr/les-meilleurs-fromages-de-savoie.html

Nom de page non optimisé : mon-super-site.fr/page24.html

Autre exemple d’optimisation (les liens de navigation) :

Lien optimisé (le lien est inséré sur les mots « fromages de Savoie ») :
Lien texte : Découvrez les meilleurs fromages de Savoie
Code source :

<a href="/les-meilleurs-fromages-de-savoie.html " title="Sélection des meilleurs fromages savoyards">fromages de Savoie</a>

Lien non optimisé (le lien est inséré sur les mots « cliquer ici ») :
Lien texte : Pour découvrir les meilleurs fromages de Savoie, cliquer ici

Code source : <a href="/page24.html ">cliquer ici</a>

La clef d’un bon référencement naturel, commence par la qualité de conception de votre site Internet.

Coût de développement et coût global d’acquisition (TCO) d’un site Internet

Il faut toujours raisonner en coût global d’acquisition (Total Cost of Ownership); et pas seulement en coût de développement.

Le TCO d’un site Internet varie selon divers paramètres :

  • Le coût de développement
  • Le nom de domaine
  • L’hébergement
  • La maintenance

Coût de développement

Le coût de développement est celui que nous avons abordé au début de l’article : (temps passé par le développeur X taux horaire)

Nom de domaine

Le nom de domaine est une redevance annuelle payée au bureau d’enregistrement (registrar) afin de pouvoir exploiter ce nom de domaine. Contrairement aux idées reçues, on n’est jamais propriétaire d’un nom de domaine, on est réservataire.

Le coût annuel d’un nom de domaine varie dun bureau d’enregistrement à un autre, d’une extension à une autre (.com, .fr, .blog, .pro, .design …) et d’une durée à l’autre (certains registrars proposent des abonnements allant de 1 à 5 ans suivant l’extension).

Hébergement

L’hébergement est l’espace sur un serveur informatique où vos visiteurs pourront consulter votre site Internet. Là encore, le prix varie en fonction de la qualité d’hébergement que vous choisissez. Les hébergements mutualisés sont généralement moins coûteux que des hébergements dédiés.

Sur un hébergement mutualisé, les ressources du serveur sont partagées entre tous les sites hébergés sur la même IP, tandis que sur un hébergement dédié, les ressources souscrites sont exclusivement allouées à votre propre usage.

Le choix de l’hébergement est crucial, tant pour la rapidité d’affichage de votre site que pour sa sécurité. Sur les hébergements mutualisés, vous ne savez pas qui est votre voisin (hébergé sur la même IP). Si sur cette même IP, vous avez un site « politique » ou qui envoie du spam, il y a de fortes chances que vous soyez impactés par les propos tenus sur ces sites ou leurs activités car l’IP (mutualisée) se voit bannie.

Sur les hébergements mutualisés, vous acceptez la politique du « premier arrivé, premier servi ». Si un site avec lequel vous partagez les ressources génère beaucoup de traffic tout au long de la journée et que vos visiteurs se rendent sur votre site au même moment, ils observeront des lenteurs de navigation car votre « voisin » profitera en premier de la bande passante.

Découvrir nos offres d’hébergement dédié de qualité industrielle.

Maintenance

S’agissant de la maintenance, il existe 2 types de services. La maintenance préventive et applicative, et la maintenance ponctuelle (à l’acte).

Dans le premier cas, le développeur se charge de maintenir votre site toujours à jour : version du logiciel utilisé, version des applications (PHP, Base de données…), prévention des intrusions malicieuses… Il est le garant du bon fonctionnement de votre site Internet. Ce type de prestation est généralement facturé sous forme de forfait annuel.

La maintenance à l’acte consiste à faire intervenir le développeur de manière ponctuelle. Les interventions se font sur devis et le coût peut vite devenir exorbitant en fonction de la nature et de la sévérité de la « panne ».

Exemple : N’ayant pas fait de mises à jour logiciel, votre site se fait pirater. La désinfection et les diverses mises à jour peuvent prendre un temps considérable, sans compter la perte de chiffre d’affaires liée à l’indisponibilité du site et surtout de la perte de confiance de vos propres clients s’ils ont été infectés d’une quelconque manière en visitant votre site.

Combien coûte un site Internet ?

Ca dépend ! Pour savoir combien coûterait le vôtre précisément, contactez notre équipe commerciale au N° vert 0805 690 960 (appel gratuit).


A propos de l'Agence WEB+
Contacter l'Agence WEB+

172 rue Vaucanson
38340 Voreppe, France


Tous droits réservés © 2014 - 2020

Send this to a friend